Immersion linguistique

Le 19 février dernier, j’ai interpellé le Collège à Ixelles à propos de l’immersion linguistique et de nos écoles communales.

Depuis 1998, l’immersion linguistique est un projet pédagogique reconnu par la Communauté française.

Son principe est le suivant: utiliser la seconde langue pour enseigner certaines matières académiques (math, sciences, etc.) et fournir en plus une instruction sur la langue elle-même. C’est en fait placer l’élève dans les mêmes conditions que celles qui lui ont permis l’acquisition de sa langue maternelle.

Pour l’année scolaire 2008-2009, 125 écoles primaires et 70 écoles secondaires pratiquent l’immersion en Communauté française. Les résultats obtenus dans les écoles bruxelloises et wallonnes dans lesquelles cette approche a été mise en oeuvre depuis un certain temps sont très positifs non seulement en ce qui concerne la connaissance de la deuxième langue et de la langue maternelle mais aussi en ce qui concerne la connaissance des matières étudiées, les facultés d’apprentissage et la motivation par rapport à l’école.

Pourtant, malgré les études qui démontrent les bienfaits de l’immersion précoce, trop peu d’écoles bruxelloises ont aujourd’hui franchi le cap: 21 écoles à Bruxelles dont 8 primaires et 13 secondaires!!

Parmi ces  rares écoles, seules 5 sont des écoles communales!

Il est évident que ce type d’enseignement peut ne pas convenir à un enfant pour des raisons diverses (et c’est pourquoi il ne doit pas – à mon sens – être généralisé ou imposé). Mais il également évident que le manque de connaissance du néerlandais reste trop souvent un handicap majeur pour accéder à un emploi à Bruxelles (et on sait à quel point il est difficile d’apprendre convenablement une langue à l’âge adulte). La chance de sortir de ses études parfaitement binlingue ne doit pas être réservée à une élite! C’est pour cette raison qu’il est important de démocratiser ce type de pédagogie et donc de proposer l’immersion dans plus d’écoles communales. Enfin, la demande chez les parents est énorme, comme en attestent les liste d’attenteauprès des écoles en immersion et le nombre d’élèves francophones inscrits dans des écoles néerlandophones.

Sur base de ces constats, j’ai demandé au Collège pourquoi Ixelles ne se lancerait pas dans la création d’une filière en immersion (une classe par année par exemple) dans une des écoles de la commune à  titre de projet-pilote.

Résultat: L’échevine de l’Instruction publique a accepté de se lancer dans l’aventure dès la rentrée 2010! Le projet est d’ores et déjà en préparation…

Posted in Enseignement, Ixelles.