Le Soir : Le Foyer ixellois entrouvre la porte du bail précaire

L’expulsion, fin décembre, d’une dizaine de personnes installées dans deux immeubles vides appartenant au Foyer ixellois aura eu un mérite : celui de déclencher le débat sur l’opportunité d’ouvrir la porte aux baux précaires permettant à des sans-logis de s’installer dans des biens non-occupés. Pour rappel (Le Soir du 29 décembre), c’est ce système que défendaient les résidents des immeubles de la rue de l’Ordre ainsi que les associations qui les encadraient (JES, Pigment, Chez nous, le 123 et Samenlevingsopbouw).
Ceux-ci ont ainsi proposé au Foyer de passer une convention du genre alors qu’ils étaient déjà dans les lieux. Ce qu’a refusé le Foyer mettant en avant des raisons de sécurité et d’assurance.
Depuis lors, le dialogue a repris entre les « expulsés », les associations et le Foyer, sous la houlette de Christos Doulkeridis (Ecolo) en charge du logement à l’étage régional et conseiller d’opposition en terres ixelloises. Le secrétaire d’Etat se dit favorable aux occupations précaires des logements sociaux vides pour peu que celles-ci soient temporaires mais aussi encadrées par une convention type. « Des engagements réciproques ont été pris : le Foyer ixellois s’est engagé à identifier les logements inoccupés susceptibles de faire l’objet d’une occupation précaire et à les présenter à son conseil d’administration, le collectif s’est engagé quant à lui à présenter un dossier de leur projet en bonne et due forme », annonce Christos Doulkeridis dans un communiqué.
« Moins d’une dizaine »
Ce que confirme la présidente du Foyer ixellois. « Nous avons toujours clairement dit que nous étions favorables à l’idée d’examiner ce type de conventions. A l’heure actuelle, on ne peut pas ne pas entendre cette demande, explique Anne Delvaux (PS). Mais si les logements sont vides, c’est généralement parce qu’ils ne sont ni salubres ni sécurisés », tempère-t-elle. Ce lundi, une liste de logements susceptibles de faire l’objet de baux précaires sera soumise au Conseil d’administration.
Selon l’opposition Ecolo, le Foyer compterait actuellement 124 logements inoccupés sur un parc de 1.250. On sera loin de ce chiffre dans la liste qui sera dressée d’ici la semaine prochaine. « Nous sommes en train de dresser l’inventaire et je ne connais pas encore le chiffre exact mais il y en aura assurément moins d’une dizaine, estime la présidente. Nous n’avons quasiment pas de logements pour lesquels aucun projet de rénovation n’est prévu ou en cours, il faudra donc opter pour ceux dont la procédure est la moins avancée ».
Une fois le nombre défini, restera à fixer les balises avec les associations demanderesses. « Et à s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes d’équité envers les gens qui attendent un logement social, parfois depuis plus de 15 ans ». Ce qui, à entendre le conseiller Ecolo Yves Rouyet, ne devrait pas représenter un obstacle infranchissable, « sachant que les conditions d’habilité prévues dans les baux précaires sont moindres que celles retenues pour le logement social ». Restera aussi à analyser les travaux à entreprendre pour assurer la sécurité des occupants. La convention type prévoit ainsi que l’ensemble des coûts (petits travaux de remise en état provisoire et sécurisation, ouverture des compteurs, consommation) sont à charge des occupants, précise Christos Doulkeridis. « Il ne faudrait pas que cela donne du travail en plus à nos équipes qui sont déjà débordées », conclut Anne Delvaux.

LEPRINCE,PATRICE
Page 18
Jeudi 24 janvier 2013

Posted in Ixelles, Logement.