LE SOIR – « Chaussée d’Ixelles : les travaux prévus en mai »

Il faudra dix mois pour redessiner le tronçon entre la Porte de Namur et la place Fernand Coq. Celle-ci sera réaménagée dans la foulée.

chaussee-ixelles

La chaussée d’Ixelles sera réaménagée de plain-pied, et les feux de circulation seront supprimés. © D.R.

 

C’est le ministre Pascal Smet (SP.A) qui l’a annoncé cette semaine en Commission infrastructure du Parlement bruxellois : la demande de permis pour le réaménagement de la chaussée d’Ixelles sera déposée dans les jours à venir (Le Soir de mardi). Un dépôt prévu ce jeudi, selon nos informations.

De quoi plus que probablement sonner la fin d’une longue saga et donner à terme un peu d’air au bus 71 aussi bondé qu’englué dans la circulation, principalement sur le tronçon Porte de Namur/ place Fernand Coq. Mais aussi de faire la part belle à la mobilité douce dans un quartier aujourd’hui sous haute pression automobile. « Nous avons voulu travailler main dans la main avec la Région pour ne pas repartir dans une guerre Région/commune surtout pour un projet pareil », souligne d’entrée Caroline Désir (PS). L’échevine ixelloise insiste sur l’aspect participatif, commerçants et riverains ayant été associés au processus. « On a même organisé des réunions avec les acteurs du contrat de quartier Athénée pour profiter au mieux des deux projets, sachant qu’un important budget régional va être injecté dans ces deux périmètres voisins ». Au cœur des enjeux : la rénovation de l’espace public mais aussi et surtout la mobilité. « La ville en a vraiment besoin et beaucoup de riverains ont souhaité voir leur qualité de vie améliorée avec des espaces de respiration et un trafic apaisé. Je pense que ce projet va y répondre ».

1. Le projet.

Rappelons que le projet retenu prévoit la création d’une zone « apaisée » entre la Porte de Namur et la place Fernand Coq qui sera également réaménagée. En journée, la priorité sera donnée aux bus dans la chaussée d’Ixelles mais aussi aux taxis, cyclistes et piétons. Les seuls automobilistes autorisés à pénétrer étant les riverains devant accéder à leur garage. Des caméras dites intelligentes veilleront au grain en scannant les plaques. En soirée par contre, le trafic automobile pourra reprendre.

2.Chaussée d’Ixelles.

Elle est découpée en deux tronçons, le premier reliant la Porte de Namur à la rue de la Paix. « Il est plus étroit et, faute de largeur suffisante, on ne pourra y implanter des arbres ou du mobilier urbain. Il restera donc plus minéral mais de plain-pied ». Sans trottoir mais avec des revêtements différents pour délimiter la place de chacun. Le deuxième tronçon s’étire de la rue de la Paix à Coq. « Où la voirie s’élargit, ce qui permettra l’arrivée d’arbres et de mobilier urbain et même d’une placette au carrefour avec la rue de l’Arbre Bénit ».

3. Place Fernand Coq.

L’idée de créer un parking souterrain sera probablement abandonnée sachant que le parking Tulipe ne fait pas le plein. Du stationnement sera autorisé rue du Collège pour les véhicules de police mais aussi, sur la place face à la maison communale, lors de certains événements exceptionnels comme un mariage par exemple. « Ce sera une place dédiée à la détente avec un espace public beaucoup plus convivial qu’aujourd’hui avec un caractère vert très renforcé mais aussi des jeux d’eau. Le maintien de certaines manifestations comme le Jazz marathon ou le Festival du court-métrage seront maintenues ».

4. Le timing.

Si l’enquête publique se déroule sans anicroche, le chantier devrait démarrer en mai prochain en démarrant par le tronçon Porte de Namur/Fernand Coq. « On nous annonce dix mois de travaux ». La place Fernand Coq viendra ensuite. « Le réaménagement n’est pas encore au calendrier mais il devrait se faire dans la foulée ».

5. Les défis.

Une circulation qui diffère le jour et la nuit, voilà qui va certainement bousculer certaines habitudes. « Une voirie à double statut va de pair avec une certaine complexité. Les indications devront être très claires, je pense par exemple à l’installation de panneaux lumineux. Il faudra en tout cas assurer la lisibilité du dispositif. Il y aura également un vrai challenge en termes de contrôles et il faut donc que la gestion par caméras suive du côté de la Région et nous y serons attentifs ».

Même topo pour éviter le trafic de transit. « Il faudra mettre en place des mesures d’accompagnement notamment un plan de circulation pour éviter que les voitures ne se rabattent dans les petites rues qui ne sont pas conçues pour cela. On travaille sur différents scénarios sur base des modélisations de Bruxelles-Mobilité afin d’évaluer les conséquences le plus finement possible ». Autre écueil enfin, les chantiers déjà programmés comme celui prévu dans le cadre de l’installation de Primark sur la chaussée d’Ixelles. « Il faudra leur réserver un accès pour leur chantier et ce ne sera pas évident ».

6. Le bus 71.

Fluidifier son parcours est la priorité du projet. Des tests avec des bus bi articulés et donc à grande capacité sont prévus à Pâques. On parle aussi d’augmenter la fréquence avec un bus toutes les 3 minutes.« Mais il faut faire un travail sur l’ensemble de la ligne et pas uniquement sur la chaussée d’Ixelles car on sait qu’il existe d’autres nœuds où le 71 est ralenti, que ce soit du côté de Buyl ou du centre-ville. A ce sujet, nous n’avons pas encore toutes les réponses ».

Patrice Leprince

Le Soir 11.01.17

Posted in Ixelles, Mobilité.